Partenaire: Le Sous-sol (d'après Dostoïevski)

Informations générales

 


  
© Cyril Marbaix

« Peut-on échapper à soi-même ?
Et si on le peut, comment ne pas se mentir ? Sans raconter… »

Dans « une société qui connait le prix de toute chose et la valeur de rien » (O. Wilde),
un homme observe de loin l’humanité qui l’entoure.

Du fond de son sous-sol, il nous livre ses pensées avec jubilation.

Mais sous ses dehors de « stand-up », c’est un véritable parcours intérieur plein d’ironie et d’introspection féroces qui s’ouvre à nous.

Un homme vient à nous, accompagné de sa guitare, de son passé punk et surtout de sa totale lucidité… Oserez-vous franchir les portes du Sous-sol…

Cédons la parole à Bernard Sens et laissons présenter "son" Sous-sol:
Notre version des "carnets du sous-sol", traduit la pensée de Dostoïevski dans sa partie introspective. Cet homme nous parle des raisons qui l'ont amené à choisir de vivre reclus dans son sous-sol. Il essaye de nous exposer sa vision ironique, féroce et sans concessions de l'Homme et du monde. Mais sa raison et son intelligence ne font que le rejeter à l'instant suivant dans le développement de sa pensée…
Dostoïevski interpelle directement le spectateur, lui parle comme à un confident, avec une forme d'auto-dérision et un humour féroce. C’est le public qui entraîne l’homme conscient à livrer le cheminement de ses pensées. Mais ce cheminement ne fait qu'ébranler des certitudes et mettre la vérité sur le fil du rasoir.
Pour l’auteur, l'Homme de conscience ne peut être homme d'action. "Car le fruit direct, légitime, immédiat de la conscience, c'est l'inertie, c'est le croisement de bras délibéré... "
Dostoïevski dénonce un déterminisme totalitaire au nom duquel on essaye d'expliquer toutes les actions humaines par référence aux lois de la raison. « Il ridiculise ainsi de manière prémonitoire, en 1864, cette croyance au progrès, à l'avènement d'un monde et d'un homme meilleur » (Alain Finkielkraut).
Selon notre travail et l’analyse d’Emmanuelle Caminade, ces mots clés intimement liés ressortent du texte : la lucidité, la souffrance et la jouissance.
« Cette abjection dans laquelle le héros se plonge lui-même de manière délibérée lui permet une jouissance masochiste (…) résultant d'un «état de conscience et de honte» et associant l'abandon à la domination. Il domine son abaissement par la «conscience excessivement claire» qu'il en a, et c'est de sa propre puissance - qui est avant tout celle de refuser - à laquelle il s'abandonne qu'il tire volupté. » (Emmanuelle Caminade)
Anarchie et Mouvement Punk
Notre "caprice" avec ce texte fut d'associer le mouvement Punk et sa musique jouée à la guitare électrique au Dostoïevski libertaire et anarchiste de 1864.
Ces deux mouvements politiques répondant au besoin de liberté individuelle et d’égalité, contestant l’ordre établi et les pouvoirs en place.
Actuellement, on pourrait refaire un parallèle entre l’arnarchie et les alter-mondialistes, les plateformes citoyennes, les initiatives de transition...  
Le personnage
Tout homme fuyant son semblable et se réfugiant dans la solitude a besoin d'un exutoire, d'un pont avec la civilisation. Dostoïevski s'est réfugié dans l'Ecriture. L'homme du sous-sol s'est réfugié dans la guitare.
Notre homme du sous-sol n'est pas ce personnage rempli de haine, méchant, acariâtre qui se complaît dans sa déchéance. Sa vision est tellement noire et tellement excessive qu'il en devient ironique et drôle, et de là jaillit une énorme lucidité.
L'homme est d'autant plus malade qu'il est clairvoyant, il est d'autant plus clairvoyant qu'il regarde autour de lui et voit le Mal partout.
Mais dans notre spectacle, cette vision ne le détruit pas. Au contraire, il s'en amuse et en jouit pleinement, la partageant avec le public.
Nous avons révélé l'aspect ludique de Dostoïevski et non l'aspect dépressif, mais même dans cette recherche du bonheur, il doute ! C'est un des premiers anti-héro de l'histoire de la littérature.
« La vérité est que les personnages fous de Dostoïevski ne sont pas aussi fous qu'ils le paraissent. Ils sont ce que nous n'osons pas être. Ils offrent à la lumière du jour ce que nous enfouissons dans les ténèbres de l'inconscience ».


Rubriques de la Carte PROF:
Salles de spectacles, cinémas, théâtres, centres culturels,...


Informations pédagogiques

La pièce peut-être jouée dans les établissements scolaires, sur réservation, à partir de 20 spectateurs.
Un dossier pédagogique est en cours de réalisation.
Renseignements (pour les représentations scolaires) au 0472/ 49 33 58


Avantages

Evènements